Les Sentinelles du Climat

En avril 2021, un groupe de femmes scientifiques, appelé les Sentinelles du Climat, s’est lancé dans une expédition de recherche de 450 km au Svalbard, utilisant des skis comme principal moyen de transport. Elles ont recueilli des échantillons de neige afin d’étudier l’impact de la pollution atmosphérique sur la neige et les paysages glacés du Svalbard.

L’une des priorités de leur expédition était de réduire leur empreinte carbone en voyageant à skis, afin de prouver que la science peut être plus respectueuse de la nature, même dans les environnements les plus extrêmes.

La Fondation Hurtigruten est fière de soutenir les Sentinelles du Climat, et cette collaboration a permis à l’expédition de se poursuivre pendant la pandémie. L’aide de la fondation a été particulièrement appréciée pendant les préparatifs de l’expédition lorsque de nombreuses dépenses imprévues se sont imposées. L’expédition avait déjà été reportée d’un an, entraînant l’abandon de deux membres de l’équipe, et l’achat d’un nouvel équipement. Les fonds octroyés par la fondation ont permis aux scientifiques de finalement surmonter les difficultés.

Malgré des conditions incroyablement rigoureuses, les Sentinelles du Climat sont parvenues à collecter toutes les données prévues. Le temps glacial s’est révélé historiquement mauvais pendant le mois de l’expédition, avec notamment des tempêtes d’une rare puissance et des vents pouvant atteindre les 140 km/h. Elles ont essuyé le risque d’avalanche le plus élevé jamais enregistré au Svalbard et la glace qu’elles ont traversée était considérée comme fragile. Les scientifiques ont tout de même utilisé des skis comme moyen de transport, mais ont admis que camper dans un paysage glacé pendant un mois entier dans l’un des environnements les plus rudes de la planète les a rendues extrêmement vulnérables. Mais grâce à une bonne communication et à un solide esprit d’équipe, ces exploratrices polaires expérimentées ont survécu.

Aujourd’hui, les scientifiques peuvent affirmer qu’elles ont directement fait face au changement climatique au Svalbard, la région qui se réchauffe le plus rapidement sur Terre. Alors que l’Arctique se réchauffe trois fois plus vite que le reste de la planète, les températures du Svalbard montent six à sept fois plus rapidement que la moyenne mondiale, rendant la météo plus extrême et imprévisible.

Si la partie sur le terrain de l’expédition est terminée, il reste encore beaucoup de travail. Les Sentinelles du Climat sont actuellement en train de traiter 100 échantillons de neige recueillis pendant l’expédition au sein de l’Université Western Washington et reprennent contact avec les écoles et universités qui les suivent depuis le début.

Les Sentinelles du Climat organisent déjà leur prochaine grande exploration, dans un climat, espérons-le, moins extrême. Avant l’expédition au Svalbard, elles ont réalisé que leur mission dépassait cette simple expédition. Elles étaient conscientes qu’elles allaient devoir poursuivre leurs efforts et que le Svalbard n’était que le début de l’aventure. Elles sont impatientes de continuer leur projet lié à la neige et à la glace dans d’autres régions particulièrement affectées par la pollution atmosphérique et le changement climatique, même si elles étaient encore sur le terrain il y a à peine six mois. La limitation de l’empreinte carbone pendant les recherches demeurera l’un des piliers des Sentinelles du Climat. Elles ciblent donc potentiellement n’importe quelle région où elles peuvent se déplacer à skis ou à pied pour leur prochaine expédition. Elles admettent que leur rêve est d’étudier l’impact de la pollution atmosphérique dans les glaciers himalayens et d’emporter leurs pulkas en Antarctique.

L’Arctique tel que nous le connaissons est en train de disparaître, entraînant des effets déjà ressentis dans le monde. Il est temps d’agir.

Vous voulez en savoir plus ?

Vous avez un projet pour la Fondation Hurtigruten? Les scientifiques des Sentinelles du Climat ont décroché une contribution de la Fondation Hurtigruten grâce à leur passion et leur honnêteté concernant leur projet. Elles avaient également préparé un plan média avant même de se porter candidates. Obtenez plus d’informations concernant la fondation ici.

À propos des Sentinelles du Climat

Les Sentinelles du Climat se composent d’un groupe de femmes scientifiques et expertes polaires titulaires de doctorats en glaciologie et en enseignement, passionnées par les glaciers du Svalbard. Leur objectif est d’inspirer les jeunes générations à étudier la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques et de les sensibiliser à l’action climatique. Suivez les aventures scientifiques des Sentinelles du Climat sur leur site Web.